La dame à la licorne

Publié le par Loba



Désireux d'orner les murs de sa nouvelle demeure parisienne, le noble Jean Le Viste commande une série de six tapisseries à Nicolas des Innocents, miniaturiste renommé à la cour du roi de France, Charles VIII. Surpris d'avoir été choisi pour un travail si éloigné de sa spécialité, l'artiste accepte néanmoins après avoir entrevu la fille de Jean Le Viste dont il s'éprend. La passion entraînera Nicolas dans le labyrinthe de relations délicates entre maris et femmes, parents et enfants, amants et servantes.

Je suis assez sceptique sur ce livre. C'est bien écrit, prenant, rien à redire.
Mais le héros est d'une goujaterie sans nom. Il ne pense qu'au désir, qu'à avoir des rapports sexuels. Il considère la femme comme quantité négligeable et la moralité m'interdit de dire le reste.
Au fond, ce livre est d'une tristesse sans nom!! aucun des personnages n'est heureux!!!
Le héros ne pense qu'à s'accoupler et il va épouser une femme qu'il n'aime pas
La jeune noble va aussi épouser qqu'un de sa conditin, avec qui elle n'a aucun atomes crochus
Sa mère est délaissée par le père , qui ne visite plus sa couche depuis des années. Elle veut entrer au couvent mais on lui interdit
Philippe est amoureux d'Aliénor qui ne l'aime pas. ils vont se marier, car cette dernière attend un enfant de Nicolas le héros, mais qui l'a laissé tomber.

Bref, la couleur de ce livre est le gris. Aucun des personnages n'est joyeux. Je déconseille de lire ce livre lors d'un moment de déprime (quoique notre situation  semblerait plus clémente)

Mais j'ai apprécié comment l'auteure a décrit cette époque, les lieux, les habitudes et la vie des artistes. Ils étaient rejetés par la Noblesse, ils ne vivaient qu'aux dépens de cette dernière.

Un livre que je trouve assez glauque en fait! Il est d'une tristesse sans nom!!
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article