L'Eglise de Satan de Delalande

Publié le par Loba




Début du XXIe siècle : un érudit, Antoine Desclaibes, exhume de l'" enfer " de la Bibliothèque nationale un mystérieux poème occitan, qu'il tente de décrypter. XIIIe siècle : Escartille, troubadour naïf et rebelle, est lancé au milieu d'une guerre sans merci. Les cathares - l'Eglise de Satan - sont la cible des autorités de Rome et se dressent contre l'étau de l'Inquisition. La tempête se déchaîne : des villes entières sont rasées, des milliers de personnes conduites au bûcher. Le Diable est sur le monde - mais dans quel camp ? Escartille sillonne des campagnes dévastées, prêt à tout pour retrouver Louve, la belle Aragonaise dont il est tombé follement amoureux avant la guerre, à la cour de Puivert. Il n'y aura bientôt qu'un seul refuge : le château-temple de Montségur, forteresse située sur un pic des Pyrénées ariégeoises. Là se jouera le sort de l'Eglise de Satan qui, encerclée par les forces du pape et du roi de France, défie la raison officielle... Mais sous le poème composé par le troubadour se cache une vérité insoutenable. Au milieu du sang et de la fureur, un cavalier sans nom détient le plus grand secret de l'histoire de la Chrétienté. Dans l'" enfer " de la Nationale, Antoine Desclaibes commence à lire entre les lignes, se précipitant au-devant d'une révélation qui pourrait changer notre conception du monde...
*******************

Cela faisait plus d'un an que j'avais ce livre dans la PAL chez mes parents. N'ayant rien à lire durant le WE de Pâques, je me suis lancée.
Donc ce livre est un énième roman sur les Cathares.
Nous commençons par la relation épistolaire entre deux amis, l'un fait des recherches à Montségur et l'autre se trouve dans l'Enfer de la Baibliothèque Nationale. Ce dernier trouve le manuscrit autobiographique d'un troubadour qui a connu tous les épisodes de la Croisade Albigeoise. Dès cet instant, on va avoir le point de vue d'un contemporain des faits. On sait déjà dans quel camp va jouer l'auteur. Il prend un gentil et fougueux troubadour qui est à la Cour de Puivert.
Il tombe amoureux de la fille d'un noble espagnol, Loba. Une relation tumultueuse sur fond de Croisade. La vie de cet homme, Escartille est celle de la Croisade. On le suit à Puivert et là tout commence. Les méchants croisés arrivent avec Simon de Montfort. Il décide de se mettre à l'abri à Béziers, mais mauvaise idée N° 1 . Il s'en va donc à Carcassonne, mais les Croisés arrivent. Mauvaise idée N°2. Il s'en va à Lavaur, mauvaise idée N° 3...Bref, on sent tout au long du livre que l'auteur n'a pas fait preuve de réelle imagination. Il voulait montrer les principaux grands moments de la Croisade, alors son personnage n'est devenu qu'un prétexte à tout cela.
Et bien sûr, notre ami devient un Parfait et se retrouve à Montségur.
C'est peur recherché, on sent que l'auteur s'est calqué sur des bouquins historiques. Il nous les a toutes sorti : "Tuez les tous, Dieu reconnaitra les siens". On dit que cette phrase a été sortie lors du massacre de Béziers, mais on n'en s'est encore rien. Pour certains , elle a été lancée à Jérusalem lors de la Première Croisade. Il nous met les principales théories du Catharisme (ne pas manger de produits d'origine animale, pas de relations sexuelles...) mais sans vraiment en faire un personnage à part entière. Tout n'est que surface, rien n'est vraiment approfondi.
Et bien sûr, il a réussi à insérer une théorie sur le corps du Christ et Rennes le Château...

Je suis un peu déçue par ce bouquin, j'en attendais plus. Je n'ai pas reconnu les paysages de ma région. J'ai eu l'impression que son unique but était de montrer que les croisés s'étaient des "méchants, pas gentils "(bon ce que pour la plupart ils étaient qd même).

Publié dans Catharisme

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article